Passer au contenu principal

Message d'invité : Enseignant de musique Marc Reid sur l'impact de donner un instrument

Mark Reid est un chef de file au sein de la communauté de l’éducation musicale au Canada. Ancien président de l’Association canadienne des musiciens éducateurs et lauréat du Prix MusiCompte du professeur de l’année 2013, il enseigne la musique dans les écoles publiques de Vancouver.

J’ai grandi à Lindsay, dans le sud-est de l’Ontario, où j’ai suivi des cours de piano, appris à jouer de la clarinette à l’école et fait partie du Lindsay Kinsmen Band. Je n’oublierai jamais ma première clarinette, un instrument emprunté à des amis de la famille. Je sais aujourd’hui que cette clarinette aurait été reléguée aux oubliettes si elle n’avait pas été sauvée par un jeune musicien enthousiaste de 11 ans qui n’en revenait pas de pouvoir jouer dans une fanfare. Maintenant que je suis professeur de musique, j’apprécie au plus au point l’importance de ce geste.

Cette clarinette très spéciale m’a été offerte à un âge où ni moi ni mes parents n’aurions pu prévoir qu’elle allait allumer la passion de toute une vie. Fils d’un professeur de musique, j’ai grandi dans une famille musicale, mais puisque mon père était trompettiste, j’aurais facilement pu choisir un autre instrument. Mais le fait d’avoir gratuitement accès à une clarinette m’a permis d’apprendre la musique sans avoir à m’engager financièrement à long terme en achetant ou en louant un instrument neuf. J’ai fini par le faire, mais je revois encore la couleur du faux velours bleu de l’étui lustré qui protégeait ma première clarinette…

Il y a des écoles élémentaires qui possèdent un inventaire d’instruments qu’ils peuvent prêter aux élèves, mais ce n’était pas le cas de la mienne. C’est donc cet instrument prêté qui a aidé le musicien en herbe que j’étais à découvrir et à comprendre ses intérêts, ses compétences et l’avenir qu’il envisageait. Je me demande combien il existe de familles dont les enfants sont privés d’une telle expérience de découverte de soi parce que leur école manque d’instruments ou qu’ils n’ont pas les moyens de s’en acheter.

Pour moi personnellement, il a suffi de la générosité d’une seule famille pour faire une différence, et je suis sûr qu’il y a aujourd’hui une foule d’enfants qui pourraient profiter d’une chance comme celle que j’ai eue. Vous pouvez donc imaginer avec quel bonheur j’ai appris qu’il existe désormais un programme créé spécialement pour encourager ce soutien et cette connexion entre les communautés et leurs écoles. De nombreuses écoles de partout au pays bénéficient depuis un certain temps de programmes de bourses grâce auxquels ils peuvent se procurer de nouveaux instruments, des partitions et d’autres équipements musicaux. La seule chose qui manquait, c’était un programme d’enrichissement des inventaires scolaires d’instruments de musique axé sur la restauration d’instruments ayant cessé d’être utilisés. Maintenant, c’est chose faite.

Le Programme musical des trois R propose une solution innovante au service de l’éducation musicale partout en Ontario. En comptant sur la générosité de la population, ce programme établit un trait d’union entre les besoins et les possibilités en allant chercher des instruments de musique sous-utilisés dans les greniers, les salles de débarras, les placards et les sous-sols et en les mettant au service des écoles ontariennes entre les mains d’enfants qui ne demandent pas mieux que d’en jouer! Tout comme ma première clarinette, ces instruments sont prêts à être récupérés, restaurés et réaffectés à de jeunes aspirants musiciens.

J’ai vu de mes propres yeux l’impact que peut avoir un tel programme. Au-delà de l’expérience académique et de l’apprentissage artistique, les classes de musique sont un endroit où les élèves apprennent à collaborer, à se développer émotionnellement grâce aux interactions sociales et à fonctionner au sein d’une collectivité. Les écoles de partout au Canada misent fortement sur le bien-être des élèves, la participation et le développement des compétences propres au 21e siècle. L’éducation musicale s’inscrit parfaitement dans ces ambitions et ces valeurs. Le Programme des trois R, pour sa part, facilite l’accès à l’éducation musicale—l’accès à ce puissant apprentissage—dans les écoles ontariennes. J’en suis pleinement convaincu.

J’espère que, à mesure que le Programme musical des trois R se répandra dans les communautés ontariennes, les élèves, les enseignants et enseignantes et les citoyens de partout dans la province comprendront pourquoi j’ai été si incroyablement heureux de voir qu’une des premières collectes d’instruments de ce programme avait lieu à Lindsay. Elle m’a fait revivre les jours heureux où je traînais ma clarinette récupérée dans les couloirs du Lindsay Collegiate and Vocational Institute, sur scène à l’Academy Theatre ou sur la rue Kent dans le défilé du Père Noël. Cette clarinette a joué un rôle capital aux premiers jours de ma carrière musicale, et je suis persuadé que le Programme des trois R pourra en faire autant pour d’innombrables jeunes Ontariens et Ontariennes.

Le Programme des trois R recueille actuellement des instruments de musique dans a région du Grand Toronto et de Hamilton jusqu’au 15 novembre. Ne manquez pas de communiquer avec l’équipe si vous avez un instrument à donner!